Mathieu Drouet

Un photographe qui m’est cher
Mathieu est photographe. C’est un ami dont j’admire le travail, un homme au physique robuste, imposant, qui abrite des trésors de sensibilité et de délicatesse. Il y a toujours dans ses photographies quelque chose d’un peu cassé, d’un peu bancal, une faille qui leur donne leur poésie. Ce supplément d’âme qui signe les vrais artistes.

Paysages industriels et musique
Lillois d’origine, il a énormément photographié dans son travail personnel les paysages industriels en désaffection, les usines, les cheminées. Très présent dans le milieu musical, il vit également de son travail de photographe dans les concerts et les événements. Il avait besoin d’un watermark pour signer ses photos, et j’ai été heureux de lui proposer une identité qui lui ressemble.
Voir l’envers des choses
J’ai imaginé la typographie comme des lettres « double face » qui se décolleraient par petits coins, comme pour indiquer la réalité d’une vision, d’une approche artistique qui irait au-delà, saurait capter derrière la réalité immédiatement perceptible. C’est pour moi la singularité du regard de Mathieu.
« Dépersonnifier » le watermark
J’ai travaillé à la main, sur un bloc-notes, en m’aidant des carreaux. Le logotype est un peu rude, physiquement très présent, réunissant l’usine et le disque, ses deux passions. Ce symbole utilisé comme watermark reste pourtant élégant, car tout en étant présent, il ne vient pas abîmer les photographies, ni clamer le nom de leur auteur.

D'autres projets

Back to Top